11 décembre 2010

vous qui entrez ici, laissez toute espérance #11

vous qui entrez 19.jpg

 

vous qui entrez 20.jpg

 

vous qui entrez 21.jpg

Commentaires

toujours et toujours terrible... et l'amour, ouf !

Écrit par : mamzelle carnetO dont l'amoureux est dans une autre ville pendant la semaine | 11 décembre 2010

Souvent je passe lire ton blog, sans laisser de messages. Les mots semblent si dérisoires devant tant de souffrances..
Le silence n'aide pas, alors aujourd'hui simplement j'ai envie de vous dire "courage" et je vous envoie un sourire de douceur.

Écrit par : MarieFrance | 11 décembre 2010

Idem que pour Marie France.....
Je vous envoie toutes mes pensées pleines d'énergie positive, je pense à vous tous très souvent
Amicalement, Barbara.

Écrit par : barbara | 11 décembre 2010

Bon courage à vous et votre petit bonhomme.

Écrit par : aliscan | 11 décembre 2010

Moi aussi je lis ton blog en silence, je pense à ton fils chaque jour et vous souhaite à tous les 4 de retrouver bien vite un peu de sérénité et d'insouciance.

Écrit par : laetitia | 11 décembre 2010

C'est vrai qu'on se sent bien impuissant face à ce message. Je ne peux t'envoyer que du courage, te dire que je pense toujours à toi et Stanislas (les filles aussi). A bientôt en espérant que les fêtes de Noel vous offrent un vrai répit en famille, de calme, de douceur et de la légèreté.

Écrit par : lalaure | 12 décembre 2010

La maladie apprend elle à renoncer ? C'est très intéressant ce que tu écris là. Est ce renoncer ou changer de perspective ? Renoncer supposerait selon moi à baisser les bras, laisser aller, alors que vous êtes en plein combat au contraire. Mais aller à l'essentiel, fermer certaines portes juste pour résister de l'intérieur, ne donner à l'énergie qu'une voie pour se canaliser, comme pour lui donner plus de puissance. Dans chacun de tes mots il y a parfois de la peur, parfois de l'incertitude, mais du renoncement ? cela ne me semble pas ! Grosses bises à Stanislas...celles là sont virtuelles et même le pire des virus informatiques ne saurait chatouiller son système immunitaire au repos !

Écrit par : sylvie | 13 décembre 2010

Je ne sais jamais que dire en lisant ces lignes de votre vie, mais je me dis toujours aussi que quelques mots, quelques pensées, juste pour vous dire que je pense beaucoup à vous 4, à Stanislas...

Écrit par : Alice | 15 décembre 2010

Je pense très souvent à vous, ce que vous vivez et observez est terrible. J'espère que vous en sortirez ensemble, plus fort de cette prise de conscience, injustement si douloureuse, de l'essentiel, de l'amour, d'être ensemble et du chemin parcouru ensemble. Je souhaite énormément de courage à Stanislas et vous envoie mes pensées les plus positives.

Écrit par : lulu | 16 décembre 2010

je suis arrivée par hazard sur ce blog, et je lis ces quelques lignes, un inventaire à la prevert si intenses!et me revoilà plongé 18 ans en arrière , au chevet de mon fils pas la même maladie non, mais le même combat pour la vie ... gardez toujours espoir, l'amour est le plus fort des remèdes.

Écrit par : annie | 16 décembre 2010

Je suis arrivée sur votre blog, parce que j'aimais bien votre sac qui est très joli. J'ai voulu voir ce que vous cousiez. Et puis, voilà, je m'aperçois que votre fils qui est pas beaucoup plus vieux que le mien est malade. Je voulais juste vous dire que derrière les nuages, il y a le soleil, peut-être, qu'il faut espérer, se battre. Je vous dis cela car je connais que trop bien le cancer malheureusement. Lorsque je suis tombée enceinte, mon ami venait de se faire opérer d'un cancer rare et très dangereux car il métastase vite et quelques années auparavant, son frère en était mort. Il a fait une rechute pour ma première échographie. Jusqu'à un mois avant d'accoucher, je ne savais pas s'il serait avec moi pour l'accouchement. Aujourd'hui, soit un peu plus deux ans après, il est suivi, régulièrement, moins qu'au début car c'était tous les mois, puis tous les trois mois, puis tous les six mois et maintenant tous les ans. On a mal au ventre à chaque fois, mais il est là, il va bien et il s'en est sorti, lui. Je ne l'aurai pas cru quand il était en chimio et même juste après. Alors, je vous envoie d'affectueuses pensées et vous souhaite bon vent dans cette tourmente.

Écrit par : sandra | 17 décembre 2010

Souvent silencieuse non par indifférence mais par peur d'être maladroite, je me lance aujourd'hui pour te dire que je te souhaite ainsi qu'a ton garçon beaucoup de courage, beaucoup d'énergie, un peu de légèreté aussi, du bonheur et des rires. Je pense tres fort à vous.

Écrit par : Myriam | 20 décembre 2010

Écrire un commentaire