Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 décembre 2010

Vous qui entrez ici, cultivez l'espérance

Chansons écrites, composées et interprétées par les ados de l'IHOP au cours de l'année 2009-2010 avec la complicité de AS'N (www.myspace.com/asnmusique) et de Hervé Lapalud (www.myspace.com/hervelapalud)

C'est la BO officielle de l'hôpital, on les fredonne...et on attend le concert au premier semestre ...

(Il servira aussi à lever des fonds pour l'hôpital).

Bismillah (Mohammed)

Bismillah, Bismillah

Comme dans toute prière, je commence par Bismillah

Au nom de Dieu, sans qui je ne serais pas là

La vie n'est qu'un passage ici-bas

Un djihad, pour moi, un pacifique combat

Tu nous mets chaque jour à l'épreuve

Pour qu'on fasse nos preuves

Bismillah, Bismillah

 

Ici j'écris, je prie

Voici une prière avant mon dernier cri

Conscient que nous ne sommes pas éternels

J'envoie ce message à travers le ciel

Inch Allah, si Dieu le veut

Redonne moi le bien le plus précieux

La santé, oublier les douleurs, les pleurs,

Retrouver mes frères et mes soeurs

Inch Allah, inch Allah

Rester le plus longtemps avec eux

A rigoler, discuter ou rester silencieux

Simplement rentrer à la maison

Après ma guérison

Inch Allah inch Allah

Ici j'écris, je prie

Voici une prière avant mon dernier cri

Conscient que nous ne sommes pas éternels

J'envoie ce message à travers le ciel

Hamdoulilah, hamdoulilah

Comme dans toute prière, avant tout, Dieu merci

De manger à ma faim et simplement d'être en vie

D'être là auprès de ma famille

Etre libre de voir, lire, parler, écrire

Pour ces moments passés en été

La plage de Sahidia restera gravée

L'odeur appétissante du choua

Dieu merci de m'avoir ouvert les yeux

Et laissé faire mes choix

Ici j'écris, je prie

Voici une prière avant mon dernier cri

Conscient que nous ne sommes pas éternels

J'envoie ce message à travers le ciel

 

Oscar ( Célie)

Oscar, tu me pompes l'air

Oscar, tu sais j'suis vénère

Oscar, tu me pompes l'air

Oscar, et si tu retournais faire un tour chez l'infirmière

Depuis que je te connais je suis désespérée

Aujourd'hui ras le bol, je sors le ukulélé

même si j'ai du mal un peu à l'accorder

Ca ne m'empêchera pas de te dire tes 4 vérités

Oscar, tu me pompes l'air

Oscar, tu sais j'suis vénère

Oscar, tu me pompes l'air

Oscar, et si tu retournais faire un tour chez l'infirmière

Toutes les nuits, tu m'empêches de dormir

et jour après jour, Oscar tu me fais vomir

Je ne peux plus me lever sans penser à toi

et quoique je fasse, t'es toujours derrière moi

Oscar, tu me pompes l'air

Oscar, tu sais j'suis vénère

Oscar, tu me pompes l'air

Oscar, et si tu retournais faire un tour chez l'infirmière

T'es pas super fun, ta voix est monotone

où que je sois j'entends ton cri qui résonne

Comment te dire Oscar quand je t'entends sonner

J'ai envie envie de tout casser

Oscar, tu me pompes l'air

Oscar, tu sais j'suis vénère

Oscar, tu me pompes l'air

Oscar, et si tu retournais faire un tour chez l'infirmière

T'es qu'un vieux tas de ferraille

t'es maigre comme un clou

Avec tes fils; tes poches et tes tuyaux partout

Oscar, j'te le dis en face, t'as vraiment pas la classe

Je vais te débrancher et t'envoyer à la casse

Commentaires

bonsoir,
j'ai lu ces deux textes.
Je venais pour la couture et ces deux voix m'ont emmenée, loin, ailleurs.
Souvent on se croit seul(e) ou démuni(e) et ... une souffrance de l'autre vous rappelle à tout ce qui est beau et précieux et que l'on possède.
Mais on a le bonheur écorché. On est mal et on a plus de mots pour dire qu'on partage la douleur, la colère, l'incompréhension, le refus et l'espoir ... Et on a mal, mal de ne pouvoir rien faire.
J'ai eu fort envie de zaper, trop dur... Mais non, même maladroitement, même innoportune, je veux vous dire que je vous ai lue. Et je continuerai.
Je vous souhaite à vous et vos proches, un dimanche confiant et doux.
juste une femme parmi d'autres, toutes proches de vous.

Écrit par : lydaine | 18 décembre 2010

Écrire un commentaire